Alors que les experts économistes prédisent une croissance de 1,8% en France, le gouv.fr s'acharne à se baser sur sa prévision de 2,25% en affichant une volonté de discours "d'aller la chercher".
Basée sur l'effet d'annonce, la méthode sarkozienne, du "dit c'est fait", lorsque les feux médiatiques n'éclaireront plus l'économie, la faible croissance sera toujours là et plus personne n'en parlera. Le décalage entre annonces volontaristes et réalisations sur le terrain est l'appanage du gouv.fr depuis des générations (au moins). Avec Sarkozy.fr, l'effet est démultiplié. Petite mise au point.

Les résultats en Europe

En effet, d'un côté, l'annonce d'aller chercher la croissance, et de l'autre celle de repousser les objectifs économiques européens de 2 ans - 2012 au lieu de 2010 pour le déficit public et le recul de l'augmentation de la dette (ça fait beaucoup à la fois). Pourtant de manière empirique, on peut constater que les pays qui mettent en oeuvre des politques de respects des critères de Maastricht ont des résultats sur la croissance, le dernier en date est l'Allemagne, qui, eux, ont modifié également leurs objectifs de 2 ans, mais en avance - retour à l'équilibre en 2008 au lieu de 2010. De même, les pays à faible déficit présentent tous des croissances assez élevées: Irlande, RU, Nederland, Espagne.
A voir l'attitude de négation des décisions européennes et au refus de voir les réalisations des pays qui gagnent, on peut conclure sur ce point, que l'exception culturelle française vaut également pour l'économie, mais que la première étant supportée par la dernière, celle-ci repose sur autre chose qu'un simple discours ou une simple loi-loi parisienne.

Les entreprises et le système

Le système économique français, dont on connait la méfiance pour l'économie de marché, impose des comportements, non seulement paradoxal mais de plus, économicides.
La méthadone des peuples
La méhode du gouv.fr pour mieux gérer les frustrations et les insatisfactions de la populations repose sur la très universelle méthode du bouc émissaire. Dans le passé, les Juifs ont beaucoups payés pour les gabégies des dirigeants. Les immigrés, les autres en général servent de paliatifs à la remise en question interne. L'Europe est, en France, un bouc émissaire idéal, que l'on retrouve régulièrement.
Struggle for life
Les analyses reprenant les thêmes Darwiniens sont honis par les gau-gau français, les mots utlisés ne leur plaisant pas: s'adapter, évoluer, contrainte extérieures etc. Pourtant en regardant de plus près, la sélection artificielle des entreprises dans le système français est bien pire qu'une simple sélection naturelle libérale.
En effet, les entreprises qui ne sont plus efficaces, rentables, disparaissent si elles ne peuvent s'adapter aux marchés, qui eux évoluent. Lorsque certains marchés évoluent rapidement, les entreprises les plus fragiles, qui ont moins de réserves financière ou de souplesse d'adaptation au meilleur coàts sont condammées. De même, investir des nouveaux marchés, demande du temps, de l'argent et de la souplesse sur les effectifs.
Le handicap des entreprises hexagonales réside sur la sur-taxation des activités.
  • IFA: impot forfaitaire annuel: un impot sur les bénéfices en pourcentage du chiffre d'affaire en cas de perte est un outil de sélection sévère, car l'étude de reconversion ou d'expansion ne passe pas ce cap: il vaut mieux arrêter une activité que de perdre une part de l'investissement en impôts stupides ou en licenciements économiques.
  • Cotisations sociales des travailleurs indépendants: même principe que l'IFA, si un travailleur non salarié perd de l'argent ou n'en gagne pas, il devra quand même s'acquiter de cotisations forfaitaires. Un salarié d'un de mes clients me disait cela dernièrement: il souhaitait créer une micro-entreprise pour diffuser certains aspect de son avoir faire en dehors du salariat, mais en apprenant que les cotisations ont dàes même quand il n'y a pas de résultat, il a abandonné son projet.

    L'origine à cette aberration

    Evidemment qu'il y a une origine: l'horrible coàt de l'état: le double de fonctionnaires (25% des salariés en France, 12% en Europe), le non réforme des retraites - qui est une véritable bombe à retardement; et l'aveuglement idéologique, dont Sarkozy.fr n'est pas exempt, qui considère que les actions centralisée sont plus efficaces alors que l'exemple européen (encore!) montre que les décisions locales sont bien plus efficaces car plus proches des besoins liés aux spécificités. La dernière en date est la réduction du nombre de fonctionnaires dans l'éducation nationale: alors que les postes administratifs représentent 25% des effectifs (source Ouest-France), les suppressions de poste prévues reposent sur 95% d'enseignants et donc seulement 5% d'administratifs. Pourtant, le bon sens montre que l'école est un investissement pour une société. L'éducation fait le citoyen.

    Conclusion

    Sarkozy.fr fait le choix de la société féodale en baissant la citoyenneté au profit du contrôle fonctionnarial qui repose sur la force publique répressive pour contrebalancer les phénomènes sociaux qui ne manquent pas de proliférer avec le recul de la conscience citoyenne et l'absence de résultats tangibles.
    C'est pourquoi, comme rien ne change fondamentalement: le pire est à venir.


    Fuzz

    Voter

    Scoop it! Tape Moi! AllActuer Ca! Nuouz Ca! Memes Ca! Pioche Ca!