blog de yves le mestric
 
Un business model hors de tout soupçon
"Trop souvent, nous mesurons tout et ne comprenons rien. Les trois choses les plus importantes que vous devez mesurer dans un business sont la satisfaction du client, la satisfaction des employés et le cash-flow."
John Francis Welch, CEO de General Electric
Suite à la réception d'un courrier qui ne m'a pas plus du tout - de l'organisme qui finance les Contrat Initiative Emploi, une vieille réflexion me revint à l'esprit.
les organismes (personnes morales) entreprises, administrations etc, réagissent à seulement quelques leviers essentiels. J. Welch en définit le principal par la satisfaction client. Des trucs comme l'ANPE, ce foutu organisme de financement des CIE etc, n'ont pas de mesure de la satisfaction client - c'est le moins que l'on puisse dire. Il faudrait également définir ce que pourrait être les clients pour eux. Par définition, un client est une personne (morale ou physique) qui bénéficie d'un bien ou d'un service en échange d'argent, c'est celui qui paye en résumé. Or pour les administrations ou organisme liés avec l'administration qu'en est-il?
Pour l'administration, le client, c'est l'état, le ministère de tutelle. Pour l'organisme affilié, c'est l'administration qui le mandate. Dans ces conditions, le feedback (la satisfaction client) que ces organismes vont recevoir pour fonctionner, pour s'adapter aux évolutions qu'ils rencontrent n'aura rien à voir avec leur mission. Le business model de ce genre d'organismes n'est pas de satisfaire les chomeurs, car ces derniers ne sont que la matière première.
C'est pourquoi la baisse du chômage en France relêve plus du fonctionnement administratif que des besoins des entreprises. Certains (tous?) intellectuels de gauche (je sais, en France c'est un oxymore), affirment régulièrement que le chômage élevé est une volonté du patronat, ainsi ils ont une main d'oeuvre abondante et influençable. Réthorique facile qui ne fait que satisfaire l'idéologie des extrêmes. Lors d'un récent sondage, on a constaté que les employeurs des pays où le chômage est plus bas ont moins de difficultés à recruter que dans ceux ou le chômage est plus élevé (voir le sondage JDM). Et si, tout simplement, le chômage serait plus bas et le recrutement facilité que dans les pays ou règne le pragmatisme et la culture du résultat?


Fuzz

Voter

Scoop it! Tape Moi! AllActuer Ca! Nuouz Ca! Memes Ca! Pioche Ca!
 
>> retour à l'accueil
Commentaires
1.   Erwan    mardi 17 octobre 2006 à 23:17

Il faudrait privatiser l'ANPE, non?

;-)

 
2.   yves le mestric    mercredi 18 octobre 2006 à 14:06

Presque. Voir le document de la CFDT.
Mais même dans ces conditions, le partie du service qui reste public doit correspondre aux principes dont je parle dans le post.

 
>> retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

 
Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.